Sociétés plurielles et constructions identitaires

Coordinateurs d'axe

Félicien Lemaire

Professeur en droit public - Directeur du Centre Jean Bodin – Université d’Angers

Professeur de droit public à l’Université d’Angers, ses enseignements ont trait au droit constitutionnel, au droit des libertés fondamentales, au contentieux constitutionnel et à la Justice constitutionnelle européenne. Ses thèmes de recherche portent pour l’essentiel sur le droit constitutionnel à travers les questions liées à la souveraineté de l’Etat, l’indivisibilité de la République, l’autodétermination des peuples et leur identité  et le droit des libertés fondamentales  en particulier la thématique des discriminations et du principe de non-discrimination.

Félicien Lemaire est coordinateur de l’Axe 2 d’Alliance Europa « Sociétés plurielles et construction identitaire« , et co-porteur du projet de recherche « CITER – L’Europe et les frontières de la citoyenneté en Europe« .

Gwénola Sebaux

Professeur en civilisation allemande – 3L.AM (EA 4335) – Université Catholique de l’Ouest

Gwénola Sebaux est Docteur en études germaniques, Professeur en civilisation allemande à l’Université catholique de l’Ouest. Elle est spécialiste de l’histoire et de la politique migratoire allemande.

Elle dirige l’équipe de recherche LÉMIC (Littératures-Étrangéité-Mutations-Identités culturelles). Elle est membre du Comité franco-allemand des historiens.

Ses recherches portent essentiellement sur les minorités allemandes d’Europe centre- et sud-orientale et d’ex-URSS, et sur la politique migratoire et post-migratoire de l’Allemagne contemporaine. Elle a consacré une part importante de ses travaux aux Aussiedler, et à l’analyse des ressorts politiques et socio-culturels de ces mouvements de populations allemandes exogènes au XXe siècle. Ses recherches portent aussi sur les rhétoriques et pratiques mémorielles, les phénomènes identitaires en contexte post-colonial et post-migratoire.

Gwénola Sebaux est une coordinatrice de l’Axe 2 d’Alliance Europa « Sociétés plurielles et construction identitaire« , et co-porteuse du projet de recherche « CITER – L’Europe et les frontières de la citoyenneté en Europe« .

http://recherche.uco.fr/chercheurs/mme-sebaux-gwenola-6530.kjsp?RH=SITE3_RP4-FR

http://www.historikerkomitee.de/

Stéphanie Morandeau

Ingénieur Sc. Humaines et Sociales –Droit et Changement Social (CNRS/UMR6297) - Université de Nantes

Docteur en philosophie et Ingénieur au CNRS, ses travaux portent sur la philosophie républicaine du XIXème siècle, ses idéologies, ses courants (positivisme, anti-colonialisme), et ses rapports à la politique coloniale européenne. Ils se poursuivent sur les thématiques du post-colonialisme, des questions identitaires et des processus liés à la citoyenneté en Europe.

Stéphanie Morandeau est une coordinatrice de l’Axe 2 d’Alliance Europa « Sociétés plurielles et construction identitaire« , et co-porteuse du projet de recherche « CITER – L’Europe et les frontières de la citoyenneté en Europe« .

en savoir +

Clément Thibaud

Professeur en histoire contemporaine –CRHIA – Université de Nantes

Clément Thibaud est spécialiste d’histoire atlantique du monde ibérique, avec un intérêt particulier sur la construction des systèmes démocratiques modernes à travers les circulations euro-américaines et la question de l’intégration des minorités dans la citoyenneté dans une perspective historique. Porteur d’un grand projet régional, consacré à la construction des statuts juridiques et sociaux liés à la couleur et à la race (STARACO), il est ancien expert du Ministère des Affaires Etrangères pour la coopération scientifique française avec l’Amérique latine (et membre du CS de l’UMIFRE rassemblant les deux institutions de recherche françaises en Amérique latine). Clément Thibaud est également Secrétaire général de l’Association des Historiens Contemporanéistes de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Clément Thibaud est coordinateur de l’Axe 2 d’Alliance Europa « Sociétés plurielles et construction identitaire » et co-porteur du projet de recherche « CITER  – L’Europe et les frontières de la citoyenneté »

en savoir +

Au cœur de la réflexion : l'interrogation de la notion d'identité et ses processus. L'Europe est ici envisagée comme une pluralité. Or la « construction européenne » ne se limite pas à un projet politique et institutionnel conjugué au futur. Elle décrit une histoire de longue durée, marquée par la diversité souvent conflictuelle des formations politiques et sociales, des cultures, des religions, des langues sur son sol et dans les espaces ultramarins qu’elle gouverna.

Nouvelles sociétés, statuts, minorités, citoyennetés

L’histoire de l’Europe, depuis l’Antiquité, est celle d’une mosaïque de peuples, de souverainetés, de religions et de coutumes. Avec les Temps Modernes, la projection impériale et le processus de colonisation imposent le gouvernement de populations diverses et lointaines par des souverainetés européennes. Malgré les décolonisations du XXe siècle, l’immigration vers l’Europe maintient le lien souvent pluriséculaire avec ces espaces et leurs populations. Comment, dans la longue durée, les populations « minoritaires » sont-elles intégrées dans les sociétés impériales, monarchiques puis démocratiques ?

Transferts et circulation des modèles

Le rôle de l’Europe et des Européens dans la mondialisation s’est construit à travers les circulations d’idées et de savoirs. Comment les modèles politiques, culturels et économiques ont-ils circulé hors de l’Europe, et en retour, vers l’Europe ? Cette question interroge l’hybridation et la transformation culturelle, politique, économique et sociale de l’Europe dans ses relations avec le monde. Elle s’intéresse aussi bien aux médiateurs concrets de ces savoirs : voyageurs, exilés, militaires, immigrants, qu’aux formes de la médiation : journaux, littérature, traductions, etc.

Identités, migrations et intégrations

La focale se resserre ici sur l’un des aspects les plus importants de l’entremêlement de l’Europe et du monde : les migrations. Quelle définition culturelle et/ou politique donner à la nation au regard des mouvements migratoires en Europe et hors Europe ? L’interrogation centrale porte sur les mécanismes sociopolitiques et géopolitiques qui génèrent les constructions nationales et identitaires. Quelle place assigner aux phénomènes migratoires dans cette élaboration mentale, politique et sociétale ? Contribuent-ils à modifier les espaces culturels qu’ils investissent ?

 

A découvrir sur la thématique "Sociétés plurielles et constructions identitaires" :
- Toutes les actualités
- Agenda
- Publications