De février à juillet 2016, l’EU-Asia Institute de l’ESSCA Ecole de Management a suivi la campagne du référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Il s’avère que ce blog, composé d’analyses d’experts (britanniques et continentaux), de points de vue et de billets d’humeurs occasionnels, mérité d’être poursuivi. Car le Brexit risque de rester en haut de l’agenda politique européenne pour un petit moment…

A l’ombre du Brexit, l’environnement se rappelle au bon souvenir de l’Union européenne

Par Viviane Gravey
L’accord de divorce entre le Royaume Uni et l’Union européenne a donc été signé dimanche à Bruxelles. C’est un accord qui ne va peut-être pas durer aussi longtemps qu’il n’a fallu pour le négocier : son avenir à la Chambre des Communes est plus qu’incertain. Mais la nature précaire de l’accord ne doit pas pour autant nous empêcher de nous pencher dessus. Car si de nombreux politiques britanniques prétendent pouvoir négocier un meilleur accord, côté européen le message est clair : c’est celui-là ou pas d’accord du tout.

Eurosceptiques un jour, eurosceptiques toujours ? Les médias britanniques dans la tourmente du Brexit.

Par Viviane Gravey
Quand on parle Euroscepticisme et Royaume-Uni, on ne peut manquer de parler du rôle des médias. Depuis les unes rocambolesques du tabloïd The Sun – qui nous a donné entre autres « Chirac est un ver » en 2003 et le célèbre « Up Yours Delors » (qu’on peut traduire, en adoucissant le propos, par « va te faire voir Delors ») en 1990 ; jusqu’aux frasques de Boris Johnson dans sa période de correspondant du Daily Telegraph à Bruxelles (qui inventa de toutes pièces un nombre improbable de scandales), les journaux britanniques ont longtemps fait leur beurre de faits divers européens – supposés avérés.

Allons-nous vers un deuxième referendum ?

Par Viviane Gravey
Ce samedi, c’était manif au Royaume-Uni. Près de 700 000 manifestants se sont rassemblés à Londres afin de participer à la marche pour un « vote populaire, avec l’option de rester dans l’UE ». De tous âges et toutes origines, on a pu voir marcher côte à côte des conservateurs opposés au Brexit, de l’autre des jeunes se plaignant de l’impact d’une décision prise par leurs aînés, ou même un groupe de Verts européens faisant preuve de solidarité avec leurs collègues britanniques.

Les préparatifs du Brexit en Irlande et au Royaume-Uni

Par Viviane Gravey
Depuis mercredi soir, un tronçon d’autoroute anglaise, la M26, est fermé chaque nuit. Le but ? Mesurer et renforcer les bas-côtés, établir quelles parties de cette autoroute pourraient servir de parking géant. Pourquoi donc ? Ici, pas de simples travaux de routine – mais une préparation à un « Brexit dur », la sortie abrupte du Royaume-Uni de l’UE, sans aucun accord. La M26 est un des axes majeurs pour se rendre à Douvres, à son port de ferry, ainsi qu’à Folkestone d’où commence le tunnel sous la manche.